À PROPOS DU PAYS

Flag_of_Guinea-Bissau.svg 416px-Coat_of_arms_of_Guinea-Bissau_(variant).svg  

La Guinée – Bissau

Guinée-Bissau (officiellement république de Guinée-Bissau) est pays d’Afrique de l’Ouest, baigné par l’océan Atlantique, limité au nord par le Sénégal, à l’est et au sud par la Guinée. La Guinée-Bissau, qui doit son nom à sa capitale Bissau (ou Bissao), s’étend sur 36 125 km², y compris soixante îles, dont l’archipel des Bissagos.

Un tiers du territoire de la Guinée-Bissau est constitué par les îles et, sur le continent, par une plaine côtière marécageuse. Le relief s’élève progressivement vers l’est jusqu’à former un plateau qui, au sud-est, culmine à 360 m d’altitude. La Guinée-Bissau est riche en bois durs tropicaux qui ne sont guère valorisés. Les gisements de bauxite, de phosphate, de zinc, de cuivre et de pétrole offshore ne sont pas encore exploités.

Les Balantes représentent environ 30 % de la population. Ils vivent principalement dans la plaine côtière et à la frontière avec le Sénégal, de même que les Baga, Nalu, Londuman, Floup et Mandjake. Peul (23 %) et Malinké (12 %) habitent plutôt l’intérieur du pays. Les Cap-Verdiens, dont le pays était uni à la Guinée-Bissau lors de l’indépendance, de 1975 à 1980, constituent une minorité non négligeable.

La langue officielle est le portugais et la langue vernaculaire le crioulo, un créole formé à partir du portugais et de langues africaines. Balante, malinké et peul sont également parlés.

Guinea-Bissau Guinea-Bissau

65 % des habitants de la Guinée-Bissau sont animistes, 30 % sont musulmans (en particulier les Peul et les Malinké) et 5 % sont chrétiens.

Dirigé depuis 1975 par un parti unique, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), qui se scinde en deux formations après la séparation des deux anciennes colonies portugaises en 1980, le pays entre, en 1991, dans un processus de démocratisation avec l’instauration du multipartisme. João Bernardo Vieira, au pouvoir en 1984, remporte les premières élections pluralistes, le 7 août 1994, avec 52 % des voix. L’économie de la Guinée-Bissau est fondée sur les cultures vivrières : le riz, nourriture de base de la population, le sorgho, le maïs, les plantains et le manioc. Les exportations se composent principalement d’arachides, cultivées à l’intérieur du pays, de noix de coco, que l’on trouve sur les îles et la côte, et de noix de cajou.

L’industrie de la pêche, qui s’est rapidement développée, représente l’une des principales sources de revenus. À l’intérieur du pays, l’élevage de bovins, de caprins et de porcins constitue également une activité agricole importante.